Contrer les pratiques monopolistiques

0
Rate this post

La Commission européenne a adopté une décision imposant un certain nombre d’obligations à Gazprom pour remédier aux problèmes de concurrence identifiés par la Commission et permettre au gaz de circuler librement à des prix compétitifs sur les marchés du gaz d’Europe centrale et orientale au profit des consommateurs et des entreprises européens. A lire sur le blog.

La commissaire à la concurrence, Margrethe Vestager, a déclaré: Toutes les entreprises qui font des affaires en Europe doivent se conformer aux règles européennes de concurrence, d’où qu’elles viennent. La décision d’aujourd’hui supprime les obstacles créés par Gazprom qui empêchaient la libre circulation du gaz en Europe centrale et orientale. La décision comprend également un ensemble de réglementations adaptées au comportement futur de Gazprom. Il engage Gazprom à prendre des mesures positives pour intégrer davantage les marchés du gaz de la région et aider à créer un véritable marché intérieur de l’énergie en Europe. En conséquence, les clients de Gazprom en Europe centrale et orientale disposeront d’un outil efficace pour s’assurer que le prix qu’ils paient est compétitif.

Comme toujours, la question ici n’est pas celle de l’identité de l’entreprise, mais celle d’obtenir l’effet qui sert le mieux les consommateurs et les entreprises européennes. Et l’affaire ne se termine pas avec la décision d’aujourd’hui – l’exécution des obligations de Gazprom commence aujourd’hui.

Gazprom est le principal fournisseur de gaz dans de nombreux pays d’Europe centrale et orientale. En avril 2015, la Commission a envoyé une communication des griefs à Gazprom. Elle y a présenté son avis préliminaire selon lequel l’entreprise avait enfreint les règles antitrust de l’UE en mettant en œuvre une stratégie globale de division des marchés du gaz le long des frontières de huit États membres (Bulgarie, Estonie, Lituanie, Lettonie, Pologne, République tchèque, Slovaquie et Hongrie) . Cette stratégie a peut-être permis à Gazprom de facturer des prix du gaz plus élevés dans cinq de ces États membres (Bulgarie, Estonie, Lettonie, Lituanie et Pologne).

La décision de la Commission d’aujourd’hui met fin à ce comportement de la part de Gazprom. De plus, il oblige Gazprom à appliquer un ensemble de règles détaillées qui modifieront considérablement la manière dont Gazprom opère sur les marchés du gaz en Europe centrale et orientale :la fin des barrières contractuelles à la libre circulation du gaz :

Gazprom doit supprimer toutes les restrictions à la revente transfrontalière de gaz imposées aux clients ; obligation de faciliter les flux de gaz à destination et en provenance des marchés isolés : Gazprom autorisera l’acheminement du gaz des deux côtés vers les parties de l’Europe centrale et orientale qui, en raison de l’absence d’interconnexions, sont encore isolées des autres États membres, à savoir les États baltes et Bulgarie;
un processus organisé pour garantir des prix du gaz compétitifs : les clients intéressés de

Gazprom ont reçu un outil efficace qui leur donne l’assurance que les prix qu’ils paient correspondent aux prix du gaz sur les marchés du gaz concurrentiels en Europe de l’Ouest, en particulier les bourses de gaz ; mettre fin à l’utilisation de sa position dominante dans l’approvisionnement en gaz : incapacité de Gazprom à faire valoir les avantages liés à l’infrastructure gazière qu’elle pourrait obtenir des clients en profitant de sa position sur le marché de l’approvisionnement en gaz.

Pris ensemble, ces engagements répondent aux problèmes de concurrence identifiés par la Commission et contribuent à la réalisation de son objectif de permettre au gaz de circuler librement à des prix compétitifs en Europe centrale et orientale.La Commission a donc décidé d’imposer une obligation juridiquement contraignante à Gazprom (conformément à l’article 9 du règlement européen sur la concurrence n° 1/2003).

Si une entreprise manque à l’une de ces obligations, la Commission peut lui infliger une amende pouvant aller jusqu’à 10 %. sa diffusion mondiale, sans qu’il soit nécessaire de prouver une infraction aux règles de concurrence de l’UE.Dans un contexte plus large, une concurrence efficace sur les marchés du gaz des PECO dépend non seulement de l’application des règles de concurrence de l’UE, mais aussi des investissements dans la diversification de l’approvisionnement en gaz, ainsi que d’une législation énergétique européenne et nationale bien ciblée et de sa bonne mise en œuvre. C’est pourquoi la construction d’une Union européenne de l’énergie est l’une des principales priorités de la Commission.