Prof. et l'équipe

0
Rate this post

Les établissements et les services spécialisés comportent des équipes pluridisciplinaires. L’annexe XXIV quater du décret n°88-423 du 22 avril 1988, qui régit ces établissements ou services spécialisés prévoit notamment : – un médecin qualifié en oto-rhino-laryngologie, compétent en phoniatrie, – un pédiatre, – un psychologue, – un assistant social. et en fonction des besoins de l’établissement : – un psychiatre, – des rééducateurs divers, – un audioprothésiste chargé de la surveillance technique de l’adaptation prothétique.

L’établissement ou le service spécialisé doit d’autre part s’assurer le concours d’une équipe de professionnels prenant en charge l’ensemble des actions concernant la communication, la parole et le langage, l’enseignement et son soutien.

Ce sont : – des professeurs de sourds titulaires du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds (CAPEJS), institué par le décret n° 86-1151 du 27 octobre 1986, – des enseignants déjà en exercice dans ces établissements lors de la création de ce nouveau diplôme et titulaires de l’un des titres suivants.

(Remarque: le décret cite les 4 principaux diplômes dont la formation s’est achevée en 1990 pour être remplacés par le diplôme unique déjà nommé: le CAPEJS.)

L’équipe spécialisée comporte également des instituteurs titulaires du certificat d’aptitude à l’enseignement des enfants inadaptés option handicapés auditifs, en fonction dans un établissement avant 1986. Par ailleurs, les instituteurs titulaires du certificat d’aptitude aux actions pédagogiques d’adaptation et d’intégration scolaire ,option A. L’équipe spécialisée comporte encore : – des orthophonistes, – des interprètes en langue des signes française (LSF), – des codeurs en langage parlé complété (LPC),

– des intervenants sourds dont l’activité concerne l’acquisition et le développement de lacommunication gestuelle.

Quelques professionnels de la surdité : leur champ d’activité • L’orthophoniste Elle (Il) effectue le bilan des troubles de la voix, de l’audition, de la parole, du langage oral ou/et écrit, et met en œuvre le travail d’éducation et de rééducation des personnes atteintes de surdité. Elle accompagne l’adaptation prothétique et les réglages, y compris des enfants porteurs d’implant. Elle intervient en collaboration avec l’équipe spécialisée (audio-phonologique, pédagogique, psychologique) aux différents stades de l’éducation, sous la responsabilité du médecin phoniatre. L’orthophonie est exercée dans des centres médicaux, des centres de réadaptation et des établissements et services d’enseignement spécialisé ainsi qu’en pratique libérale sur prescription médicale. • L’audioprothésiste C’est un spécialiste qui procède à la correction auditive des déficiences de l’ouïe sur prescription du médecin phoniatre. Il a pour fonction : – l’adaptation et l’amplification des signaux acoustiques en vue de fournir aux déficients auditifs le maximum d’informations, – la réalisation des systèmes d’adaptation auriculaire, – les mesures et contrôles physiques et physiologiques des appareillages, l’entretien de tous les appareils. • L’interprète en LSF Son rôle est de traduire fidèlement le discours des interlocuteurs: – langue orale – langue des signes. Il permet une communication confortable, sans ambiguïté. Il est utile aux sourds qui communiquent en LSF aussi bien qu’à leurs interlocuteurs entendants. On peut faire appel à lui dans différentes situations éducatives : – conférences, – réunions (conseil de classe, entretien avec les parents, etc.) – visites (musée, voyage scolaire, etc.), – en classe (il peut traduire si nécessaire le cours du professeur). Dans toutes ces circonstances, on doit lui permettre de préparer son intervention en lui présentant le contexte, et en lui communiquant au préalable tous les documents nécessaires. Cependant l’interprète n’est ni un enseignant, ni un assistant social.- C’est un professionnel lié par un engagement de neutralité et de secret professionnel. Il peut aussi être mis à contribution dans d’autres circonstances : démarches administratives, hôpitaux, justice, recherche de stage, etc. Formations et certifications ont lieu soit dans le cadre universitaire (École supérieure d’interprétation et de traduction de Paris III), soit au sein d’associations (SERAC). • Le codeur en LPC Le rôle du codeur est de répéter, au rythme normal de la parole, le discours de l’enseignant ainsi que les interventions des autres élèves de la classe. Il articule et code, mais sans la voix, afin de ne pas gêner le déroulement du cours. Son objectif est de permettre la réception de l’intégraIité du message oral. Pour le jeune sourd qui en a la compétence les clés du LPC complètent la lecture labiale et évitent les ambiguïtés. Les missions du codeur sont les mêmes que celle de l’interprète en LSF. La formation comme la certification a lieu dans le cadre de l’association ALPC. • L’enseignant de LSF En règle en génerale, il s’ agit d’un professionnel sourd, expert en LSF qui enseigne la communication non verbale et la langue des signes. Il intervient auprès des élèves. Il peut également assurer cet enseignement auprès des professionnels, des parents et quelquefois auprès des élèves entendants dans les écoles d’intégration. Le CNEFEI propose une formation en cours d’emploi d’enseignants experts en LSF. D’autres formations existent dans le cadre universitaire associatif. • L’enseignant bilingue chargé de l’enseignement en LSF. Il s’agit d’un enseignant sourd ou entendant qui a pour mission d’enseigner certains contenus didactiques en LSF : Enseignant bilingue, doublement compétent, il permet notamment de favoriser des transferts entre les deux langues. Pour ce qui concerne les personnes sourdes, elles peuvent accéder à la formation au CAPEJS et enseigner dans les établissements privés ou les INJS. Par ailleurs, un tout récent décret permet, sous réserve d’avoir les compétences nécessaires d’être intégré dans la fonction publique. Ces nouvelles dispositions devraient faciliter l’accès des personnes sourdes aux IUFM et à des postes de l’éducation nationale. • L’enseignant de soutien (CAPSAIS ou CAPEJS) Il s’agit d’un enseignant spécialisé pour l’enseignement aux jeunes élèves déficients auditifs. Il intervient pour apporter son aide à des élèves intégrés. Il peut faire partie de l’équipe pluridisciplinaire d’un SSEFIS ou être enseignant itinérant en poste auprès d’un inspecteur spécialisé. Travaillant en équipe avec l’enseignant de la classe, son intervention peut se décliner de différentes manières selon les besoins particuliers du jeune sourd et en fonction du contexte. Il peut intervenir dans la classe en travaillant en binôme avec l’enseignant. Il peut aussi apporter un soutien individuel à l’élève sourd : – soit en préparant en amont du cours les notions et concepts de base nécessaires pour bien suivre le cours, – soit en aval, en reprenant ce qui n’a pas été bien compris.